Malheur à celui par qui le scandale arrive ! (le diable de Delain, suite et fin ?)

par Gérald Cusin

J’avais évoqué, il y a quelques mois, l’affaire du diable de Delain (Haute-Saône). Qu’on se rappelle : pendant plusieurs semaines, la presse écrite et audiovisuelle avait fait ses choux gras de la prétendue présence du diable dans l’église : statues brisées, cierges « qui volaient », bruits divers et intempestifs. L’évêché avait même dépêché « frère Max », le prêtre exorciste du cru : lequel affirmait avoir vu se déplacer des coupelles de cierge (Le Monde du 30/10), et avait organisé des séances de prières. Tout le monde, on se le rappelle, y allait de son interprétation. L’un y voyait le retour de sa mère, l’autre affirmait que le déplacement d’une estrade dans l’église avait ouvert un passage au maître des enfers. Tous les satanistes, les sorciers et autres ésotéristes arpentaient la grand’rue avec leurs instruments pour dénicher ce rural diablotin. « On a beau ne pas être croyant » soulignait le maire adjoint, « cela fait un drôle de choc ». Et le curé, mi-figue mi-raisin, essayant de rapprocher les faits en évoquant le concert donné dans l’église le dimanche précédent par l’orchestre symphonique de Besançon : « Si cela avait été de la techno, je comprends à la rigueur mais là, c’était tout ce qu’il y a de plus classique, alors… »

Quelques temps plus tard, on apprenait que c’était le maire lui-même, Thierry Marceaux, animateur social, qui était à l’origine de tout ce raffut. Jeudi 8 juillet, Thierry Marceaux a été condamné par le tribunal correctionnel de Vesoul à 150 heures de travail d’intérêt général, pour « destruction de biens appartenant à autrui, vol et outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique », en l’occurrence la gendarmerie. Il l’a échappé belle, si j’ose dire : le ministère public réclamait quatre mois de prison avec sursis, privation des droits civiques et inéligibilité. Bigre ! Tiberi n’a qu’à bien se tenir.

Finalement, pourquoi revenir sur ce fait divers ? C’est qu’on peut s’interroger sur les véritables raisons pour lesquelles l’ancien maire (qui d’ailleurs a tout perdu, y compris son métier), a été condamné. Est-ce pour toute cette bimbeloterie cassée : vases ; ampoules électriques, décapitation d’une hideuse statue de vierge (selon le journal suisse le Temps, écroulement de la statut de François-Xavier, saint de son état ? C’est quand même un peu étrange. D’une certaine manière le substitut du procureur a levé le lièvre : Il a trouvé un peu fort « qu’on se ridiculise dans la France entière et qu’on outrage les gendarmes et la justice »

Ce qu’on fait payer à Thierry Marceaux (que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve, et dont j’ignore totalement les motifs), c’est de montrer que toute cette religion (comme les autres d’ailleurs), n’est qu’une pitoyable farce.. Ah ! si le diable avait pu vraiment s’en mêler : nul doute que tous : évêque, corps constitués, représentants de l’Etat, auraient – comme ils le font pour Mère Térésa – applaudi et entonné des actions de grâce ! On aurait même pu envisager de transformer ce petit village de 200 habitants en un nouveau Lourdes, ce qui aurait désengorgé le premier : On aurait pu offrir à la foule bêlante de nouveaux signes annonciateurs de ce XXIème siècle religieux. Le maire de Delain, aurait pu envisager le Conseil Général, peut-être la députation. Nul doute que tous les partis institutionnels auraient fait des pieds et des mains pour qu’il accepte de figurer sur leur liste.

Mais la presse, la télévision, nationale et internationale, se sont déplacés – non pas en vain : ils ont vendu du papier et augmenté leur indice d’écoute – ; l’évêque a dépêché son exorciste : On n’a pas pu conclure « à des phénomènes inexpliqués » comme pour les miracles de Lourdes. Phénomènes inexpliqués qui auraient pu pendant longtemps alimenter le doute sacré. Le soufflé est tombé. Et ça, personne ne le pardonnera jamais à Thierry Marceaux. Il semble être devenu une espèce de loque : il se confesse tous les jours paraît-il et est suivi en permanence par un prêtre exorciste (Le Parisien Libéré du 9 juillet) : peut-être, l’Eglise gardant toujours deux fers au feu, si on pouvait annoncer que Thierry Marceaux entrait dans les ordres, s’enfermait à vie dans une trappe, cela amoindrirait le manque à gagner de l’affaire de Delain. Cela ferait sentir le poids de la main de dieu, et ferait savoir aux petits plaisantins qui se moquent du sacré, qu’ils n’ont qu’à bien se tenir. Et puis, si l’exorciste suiveur pouvait faire apparaître que le diable de Delin avait pris possession du maire : Quelle victoire sur les mécréants !, quel retournement de situation pour l’exorciste qui s’était fait posséder !, quelle aubaine, enfin, pour tous les partisans de l’Ordre !

Peut-être que les 150 heures auxquelles Thierry Marceaux a été condamné, vont elles être consacrées à aller de villes en villes prêcher la bonne parole, annoncer le repentir et réclamer le pardon divin : Pour sûr, du point de vue de tous les tenants du pouvoir, ce serait véritablement un travail d’intérêt général.