Ce qui me chagrine, chez les croyants, c’est leur manque de foi

Lorsque vous lirez cet article, Jean Paul II sera revenu de Lourdes. Le président Chirac l’aura accueilli en complète contradiction avec la loi de Séparation de 1905, en utilisant la vieille ruse du « Chef d’État ». Que cet État bafoue la démocratie au point qu’il ne remplisse aucune des conditions lui permettant d’intégrer l’Union européenne, même dans le cadre d’une Constitution (en voie de ratification) complètement antidémocratique, ne semble pas causer de problèmes de conscience au représentant officiel de la République. Peut-être espère-t-il ainsi conjurer le mauvais sort qui s’acharne sur lui et sur sa majorité à chaque nouvelle élection ? L’eau de la grotte permettrait-elle d’éviter le « non » au référendum de l’année prochaine ? Ce serait le premier miracle de Lourdes du XXIème siècle. On est déjà en 2004, et on serait dans la moyenne : 25 miracles au XIXème siècle, 42 au XXème, il ne faudrait pas trop tarder pour être dans les temps de passage. Sinon, il va falloir bourrer, et ce n’est jamais bon. Un qui ne croit pas aux miracles, en tous les cas, c’est le pape lui-même : on assure dans les milieux proches qu’il s’y rend en simple pèlerin, mais n’espère pas une guérison de ses propres maux. C’est un peu comme si votre vendeur de voiture habituel roulait lui-même dans un véhicule d’une marque concurrente.

Son arrivée à la mi-août ne satisfait pas tout le monde, loin de là. C’est le cas des commerçants de la bonne ville des Hautes-Pyrénées. « Chaque année, au 15 août, nous sommes complets, car c’est le pèlerinage national. On aurait préféré que Jean Paul II vienne en période creuse pour doper notre activité, » se plaint un hôtelier dans la rubrique « Vivre mieux » ( ?!) du Parisien du 15 juillet. Le pape écoutera-t-il les conseils de (cul)béni futé ? On en doute. Tout est prêt nous affirme le site des évêques de France. D’autres se préparent, d’ailleurs : Un éleveur de Madiran fait des pieds et des mains pour que son vin soit servi lors de la célébration du 15 août : « Je veux faire découvrir [au pape] la qualité et l’originalité de notre terroir tout en profitant de la présence de centaines de journalistes pour promouvoir nos crus… » : Il paraît que cette initiative a plu à l’évêque du diocèse Jacques Perrier (C’est fou, non ?)

J’espère que la nouvelle loi en cours de vote sur les propos anti-femmes prononcés par des étrangers ne sera pas encore en vigueur au mois d’août. A bien relire les écritures dont les chrétiens se réclament, et a fortiori le premier d’entre eux, le ministre de l’Intérieur pourrait organiser un charter pour l’homme en blanc. C’est sans doute la raison pour laquelle le maire de Bartès (ville dans laquelle Bernadette a passé une partie de son enfance), vient d’élever le pape au rang de citoyen d’honneur. On n’est jamais trop prudent, et il vaut mieux avoir toujours deux fers au feu. Une messe, ça va, trois messes, bonjour les dégâts !

La palme des croyants qui n’y croient pas revient cependant aux prêtres catholiques de Croatie. Ils ont protesté dernièrement contre un projet de loi visant à l’interdiction totale de la consommation d’alcool pour les conducteurs. Le motif est donné par le père Zivko Kustic dans un quotidien de Zagreb : « La police ne doit pas traiter les prêtres comme des conducteurs ordinaires. D’une certaine manière, les prêtres doivent être exemptés. Souvent, nous célébrons trois messes par jour dans trois villages différents, et nous sommes obligés de nous déplacer en voiture. Pendant les cérémonies, nous buvons une certaine quantité de vin. » Un autre prêtre ajoute : « Si la nouvelle loi est strictement respectée, il n’est pas exclu de voir la moitié du clergé derrière les barreaux. » Et un troisième, jaloux, précise : « Seuls les évêques seront en mesure de respecter la loi, car ils disposent d’un chauffeur. »

Hommes de peu de foi que ces prêtres croates. Et la transsubstantiation ? Qu’est-ce que vous en faites de la transsubstantiation ? du pipi de chat ? Ignorez-vous que le vin consacré devient le sang de votre Seigneur ? Pas symboliquement, réellement ! Du vin de messe consacré, vous pouvez en boire tout votre saoul, aucun danger pour que l’alcotest prenne des couleurs illicites. Tout juste pourra-t-on constater une certaine aura luminescente consécutive aux essences miraculeuses produites par le breuvage divin, mais aucune loi ne l’interdit jusqu’à présent. Sankt-Pölten, ou les délices du séminaire

Au risque de me faire taxer d’anticlérical primaire – ce qui ne saurait être le cas – je doit avouer que je ne me lasse jamais des histoires salaces de curés. La dernière nous vient d’Autriche. Je relatais il y a peu les exploits de l’ancien archevêque de Vienne Hermann Groer, accusé d’abus sexuel par ses anciens élèves et que Rome protégea longtemps avant de jeter le gant et d’obliger le frétillant cardinal à se retirer dans un cloître. Le pétard a éclaté cette fois-ci dans le séminaire de Sankt-Pölten, à l’ouest de Vienne. On y a découvert plus de 10.000 images pornographiques et pédophiles dans les ordinateurs de plusieurs prêtres. C’était sans doute pour étudier de manière attentive les méfaits du diable. Le magazine viennois Profil a publié des photos où l’on voit le directeur du séminaire toucher la braguette d’un de ses étudiants – un faux geste, rien de plus – , pendant que le directeur adjoint embrassait à bouche que veux-tu un jeune séminariste. N’y voyez aucun mal !, d’ailleurs, l’évêque Kurt Krenn a tout clarifié : « Cette affaire a été montée en épingle, c’était la fête de Noël. A la fin ils se sont donné le baiser de Noël. Cela n’a rien à voir avec l’homosexualité. Il a même tenu à préciser que « le droit canon ne sanctionne pas le baiser avec la langue. »Cela me rappelle l’histoire du curé qui déclare : « Je me promenais sur la route lorsque j’ai vu un malheureux crapaud tout malade. Je l’ai pris dans mes bras et je l’ai ramené au presbytère. Je l’ai mis dans mon lit pour le réchauffer, et je lui ai donné un baiser de paix pour le rassurer. C’est alors qu’il s’est transformé en un jeune et beau garçon … et c’est comme ça que tout à commencé, Monsieur le Président. »

Il paraîtrait même que le directeur (démissionnaire depuis) aurait marié deux séminaristes homosexuels … Aïe ma mère ! On ajoute enfin, que de nombreuses fêtes nocturnes jusqu’à des pas d’heures, et copieusement arrosées y étaient également organisées. Si c’est ça la vie que les moines font ! je me ferai moine avec ma Janneton, comme disait la chanson bien connue

Il semblerait que le Vatican se hâte de faire le ménage. D’autant plus qu’il en va de l’autorité morale du cardinal autrichien Schönborn, souvent cité comme « papabile » pour succéder à Jean Paul II.

Comme je le disais , ce qui perd le monde d’aujourd’hui, voyez-vous, c’est le recul de la foi et de la crainte de dieu, sans lesquelles il n’y a pas de morale possible.