obscurantisme, j’écris ton nom …

par Gérald Cusin

L’obscurantisme nous dit le Robert, c’est l’hostilité aux « lumières », opposition à la diffusion de l’instruction et de la culture dans le peuple. Les obscurantistes, c’est-à-dire les partisans de l’obscurantisme, sont légions dans notre monde.

On connaissait Déjà le fameux « Heureux les pauvres d’esprits… ».

L’histoire qui suit est plutôt lamentable. Un journal de Pékin rapporte qu’un castreur de porc chinois, traumatisé de ne pas avoir d’enfant, a provoqué la mort de sa femme stérile en l’opérant lui-même, fort de son expérience médicale acquise auprès des truies. Imaginant que l’appareil génital de la femme était similaire à celui des truies, le paysan, un certain Zhao Shuixiang, parvint à convaincre son épouse de se laisser opérer à l’aide des instruments – non stérilisés – qu’il utilisait habituellement pour les cochons. Après lui avoir administré une dose de soporifique, il lui attacha les bras et les jambes à quatre pieux, plantés dans le sol, exactement comme il avait l’habitude de procéder avec les porcs, avant de lui ouvrir le bas ventre.

Je vous passe les détails. Après tout, il s’agit d’un malheureux vivant dans une province reculée.

Par contre, le Dr. Koenig, lui, est loin d’être un arriéré. Professeur à l’Université Duke, en Caroline du Nord. Il est le coauteur d’une étude qui tend à « démontrer » que les risques d’accidents cardio-vasculaires sont moins forts après la soixantaine chez les croyants que chez les athées et autres agnostiques. Rien de moins. « L’étude », rapporte la dépêche de l’Associated Press, « publiée dans le dernier numéro de l’International Journal of Psychiatry in Medicine, n’établit toutefois pas un lien de cause à effet entre foi et bonne santé. Elle constate que les personnes religieuses sont moins déprimées, ont un système immunitaire plus robuste et parviennent mieux à faire face aux problèmes de dépendance que les autres ». Et le Dr. Koenig d’ajouter : « Nous sommes simplement mieux informés sur le fait que les croyances ou pratiques religieuses ne sont pas mauvaises pour la santé ».

Je suis toujours étonné d’apprendre que ceux qui croient en la vie éternelle après la mort, au paradis, ont plus de chance de vivre longtemps que ceux qui n’y croient pas. Je ne vois pas bien l’intérêt puisque le but à atteindre est de quitter au plus vite cette vallée de larmes. Il y a arnaque, à mon avis.

Autre exemple d’arnaque divine : Il est question de béatifier l’architecte espagnol Gaudi. L’archevêque de Barcelone, Ricard -Maria Carles, affirme que Gaudi, qui a consacré les 40 dernières années de sa vie à la construction de l’impressionnante église de la Sagrada Familia de Barcelone, était inspiré dans son travail par une foi profonde. Or, Gaudi n’a jamais pu terminer sa construction. Il a été tué dans un accident de tramway en 1926. Et on appelle cela la Providence ! C’est comme ce malheureux prêtre italien mort le jour de Pâques, assommé par les cloches qu’il faisait sonner et dont je parlais dans une dernière rubrique. A la limite, on se demanderait si Dieu existe vraiment.

Un autre obscurantiste, et non des moindres, Jean-Marie Lustiger, dont on se rappelle sans doute la brillante contribution au progrès de l’humanité, lorsqu’il attribuait la Shoah aux Lumières du XVIIIème siècle, considère que les JMJ ont été la manifestation « prophétique » de la jeunesse contre le mercantilisme : « l’actualité nous livre d’autres événements prémonitoires que les JMJ », en citant « les love parade, comme celle de Berlin, où des centaines de milliers de jeunes, dans un carnaval débridé de musique techno, foulent aux pieds la civilisation marchande qui les piège ». Il trouve également un autre signe de « cette immense soif de vérité, de générosité », et aussi « de l’audace nécessaire à tout engagement », dans « les massacres en Asie et en Afrique, où les stratégies politiques se servent du radicalisme de la jeunesse ». Le rôle joué par les partisans de sa propore Eglise dans les massacres entre ethnies, fait sans doute partie également de cette immense soif de générosité.

Un qui ne foule pas aux pieds la civilisation marchande, c’est son bon collègue Michele Giordano, cardinal de Naples, frère d’un usurier qui prêtait à mille pour cent mis en examen pour des transferts de fonds douteux, et sur le compte bancaire du-quel il versait des milliards de lires (« pour l’aider »). L’IOR, la banque du Vatican, serait également mouillée dans l’affaire.

Un autre qui ne rechigne pas non plus à user des méthodes qui font de la jeunesse des « héritiers sans héritage de cette fin de millénaire » (sic Lustiger), c’est Wojtila. Le Vatican va se lancer dans la production de clips vidéo musicaux. Le premier en chantier, raconte la vie du pape, de son enfance en Pologne quand il jouait au football à sa rencontre avec Fidel Castro. Le second sortira en septembre à l’occasion de la mort de mère Teresa. On ignore qui tiendra le rôle de Mère Teresa. Madona aurait été préssentie. Quant à Wojtyla jeune jouant au football on parle de Zidane [1] .

Notes

[1] c’est une blague …