Moi, j’ai dit Droits de l’Homme ? … Comme c’est bizarre…

par Gérald Cusin

On a fêté le jeudi 10 décembre 1998, le 50e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Du peloton dense de ses zélés défenseurs, se détachent deux personnalités particulièrement compétentes. L’une porte le maillot blanc avec kippa assortie de l’équipe Sainte-Trinité, l’autre le maillot safrané et la coupe spéciale skinhead, de l’équipe secte jaune . Ces deux leaders sont reconnus unanimement par tout ce qui compte un peu sur cette planète.

Et c’est avec raison : Le premier, est le descendant d’une vaste lignée d’inquisiteurs, de brûleurs de livres et d’êtres humains ; de potentats qui se signalèrent par une lutte sans faille contre les idéaux de la Révolution française – notamment en référence à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen -, par le soutien actif à Hitler, et à tous les dictateurs qui agrémentent le quotidien de l’humanité. Il est le chef d’un Etat bidon, dont les règles d’existence datent de la période mussolinienne – célèbre pour son attachement viscéral à la liberté individuelle -, et qui ne peut être membre de l’ONU, car il ne respecte pas le minimum imposé, (même formellement) : liberté d’expression, liberté de culte, liberté d’organisation, droits syndicaux. Il a tellement changé qu’il vient de béatifier un collaborateur avéré de l’hitlérisme en Croatie [1].

L’autre est un chef théocratique, réincarnation universellement reconnue de Bouddha, et qui a régné sans partage sur une population de serfs aux ordres des clercs qui formaient la classe dominante d’un pays qui, au milieu du XXème siècle, n’était pas encore sorti du Moyen-Âge. Certes, ce pays est occupé par la Chine : mais la plupart des pays « civilisés », et le dalaï-lama lui-même, ne lui disputent pas ce plateau de 700 000 km². Il souhaite une « autonomie significative ». Quant au gouvernement français – de Jacques Chirac à Lionel Jospin, recevant officiellement ce chef de secte religieuse, au mépris de la Loi de 1905, il a tenu à rappeler par la voix officielle du quai d’Orsay que : « Le Dalaï Lama est une personnalité religieuse éminente et respectée de la communauté internationale et du peuple français . Sa présence est naturelle à ce titre. », il a même rajouté, pour mettre les points sur les i, que : « la France avait toujours reconnu que le Tibet faisait partie de la Chine ».

Finalement, dans toutes ces grandioses manifestations qui font pleurer d’émotion dans les chaumières médiatiques , on aura juste oublié de demander au peuple tibétain lui-même ce qu’il en pensait. On ne va perdre son temps en formalités.

Quant à « tunique blanche », pour qui les hommes ne sont que des créatures de dieu, et à ce titre lui doivent entière soumission, il a affirmé, sans rire, que la Déclaration Universelle des droits de l’Homme avait assuré « le développement du droit international », et avait permis à « des millions d’hommes et de femmes de vivre dans davantage de dignité ». Cette dignité, on l’aura compris, ne s’étend pas à la libre disposition de son corps par le contrôle moderne des naissances (pilules, stérilet, etc.) ou la préservation de sa santé et de sa vie (usage des préservatifs). Décidément, les Droits de l’Homme sont une chose trop sérieuse pour les confier aux peuples.

Une rumeur persistante mais non confirmée officiellement, laisserait entendre que nos deux grands champions auraient été contrôlés positivement à l’issue de cette course grandiose. Les fournisseurs de bétadone se situeraient, selon une enquête officieuse, dans les plus hautes sphères des gouvernements « démocratiques ». Si ces bruits trouvaient confirmation, cela invaliderait nos deux héros pour les prochaines cinquante années à venir.

Rions un peu avec les saints guérisseurs

Pour terminer sur un sujet plus salubre, je ne résiste pas à aborder avec vous le grave problème des saints guérisseurs, principal fleuron de cette grande religion monothéiste qui fait de nous depuis Louis XIII, les enfants de la fille aînée de l’Église.

Pour commencer, deux références incontournables qui vous permettront d’aider au redressement du trou de la Sécu (quoique « redresser un trou » soit une image hardie).

On ne saurait aborder sérieusement ce sujet, sans parler de Ste Appoline, vierge et martyre comme il se doit, et qui fut attachée sur un taureau après qu’on lui ait arraché les dents (pas au taureau, à la martyre !) : Elle protège les enragés, c’est-à-dire ceux qui souffrent des maux de dents et plus spécialement lors de la pousse des dents chez les nourrissons. Vous pouvez aller en pèlerinage en Normandie à Ourville-la-Campagne, le 9 février. Téléphonez cependant avant pour vérifier que c’est ouvert, afin d’éviter de vous casser les dents.

On ne saurait non plus faire l’impasse sur Saint-Expédit, légionnaire romain, martyr en Turquie en l’an 303, et qui doit à son seul nom (d’ailleurs probablement mal traduit) le pouvoir de soigner rapidement les cas urgents. Dernier détail, il est représenté en général en train d’écraser un corbeau. Ne pourrait-on, grâce à cela, faire de ce personnage, le saint patron de la Libre Pensée ? Ce serait un symbole fort comme nous les aimons.

Notes

[1] Stépinak