Dura lex sed lex…

Connaissez-vous Laura Schlessinger ? Je suppose que non. Elle sévit sur la bande FM des États-Unis, où elle anime une émission dans le style de notre Macha Béranger nationale. Elle donne des conseils avisés aux personnes qui l’appellent. A ceci près qu’il s’agit – Etats-Unis oblige – de conseils fondés sur les « principes » religieux du judéo-christianisme. Dernièrement, elle a déclaré qu’il était impossible d’accepter l’homosexualité car selon le Lévitique (18 : 22), c’est une « abomination. »

Un citoyen américain a rédigé à l’intention de cette excellente femme, la lettre ouverte que je me fais un plaisir de vous traduire ci-dessous, légèrement agrémentée par mes soins. (toutes les citations sont authentiques et vérifiées, évidemment)

 

Chère Docteur Laura,

Merci infiniment de vous donner tant de peine pour rappeler aux hommes les lois de Dieu. J’ai appris un certain nombre de choses grâce à votre émission, et j’essaie de partager mes connaissances avec le plus de gens possible. Ainsi, lorsqu’une de mes connaissances tente de défendre son comportement homosexuel, je le renvoie immédiatement au Livre 3 de Moïse, Lévitique 18 : 22, où il est dit qu’il s’agit d’une abomination. Et c’est la fin du débat.

Mais j’aurais besoin que vous me donniez des conseils à propos de quelques lois particulières et de la manière dont je dois les respecter et les faire respecter.

a) Quand j’offre sur l’autel un taureau en holocauste, je sais que le parfum de sa chair brûlée réjouit le Seigneur (Lev.1 : 9), surtout les entrailles (Lév.1 : 13), la graisse (Lév.3 : 16), les deux rognons et le grand lobe du foie (Lév : 3 : 10). Le problème, ce sont mes voisins. J’ai l’impression que le parfum ne les réjouit pas. Dois-je les abattre ?

b) Lorsque je sacrifie des petits oiseaux (tourterelles ou jeunes pigeons) (Lév.1 : 14), je sais que je dois ouvrir leur tête avec mon ongle (Lév.1 : 15), or les gens de la SPA semblent m’en vouloir. Dois-je leur faire un procès ?, ou bien dois-je attendre que Dieu leur fasse manger la chair de leurs fils et de leurs filles (Lév.26 : 29) ?

c) J’aimerais bien vendre ma fille comme esclave, comme cela est autorisé dans l’Exode 21 : 7. Pourriez-vous m’indiquer une fourchette de prix ?

d) Ma femme a refusé de rester impure 66 jours lors de la naissance de notre fille, sous prétexte qu’elle ne l’était restée que 33 pour notre fils (Lév.12 : 4-5). Dois-je attendre la fin du délai prescrit pour les exterminer toutes les deux ?

d) Je sais que je ne dois pas avoir le moindre contact avec une femme quand elle se trouve en état d’impureté menstruelle. Le problème, c’est : comment le savoir ? J’ai essayé de poser la question avant de serrer la main d’une dame, mais la plupart en ont été offusquées, quelques-unes m’ont carrément giflé. De plus, si je me suis, ne serait-ce qu’assis là où mon épouse s’est assise pendant ses règles, je demeure impur jusqu’à la fin de la journée (Lév.14 : 27) ; or je travaille dans une banque. Pensez-vous que mes clients le remarquent ? Me conseillez-vous de ne pas aller travailler ces jours-là ? Est-il préférable que ma femme retourne chez sa mère une semaine sur quatre ?

e) Le Lévitique 25 : 44 affirme que j’ai le droit de posséder des esclaves, mâles ou femelles, s’ils viennent de nations voisines. L’un de mes amis pense que cela pourrait concerner les Mexicains, mais pas les Canadiens. Pouvez-vous répondre à cela ? Pourquoi n’ai-je pas le droit de posséder de Canadien ?

f) J’ai un voisin qui travaille toujours le samedi. L’Exode 35 : 2 affirme clairement qu’il doit être mis à mort. Mais, est-ce que je suis obligé de le tuer de ma propre main ?

g) Un de mes amis pense qu’effectivement, c’est une abomination de manger des crustacés, comme des coquillages ou du homard (Lév.11 : 12), mais il considère que cette abomination serait moins grave que l’homosexualité. Pouvez-vous nous départager ?

h) Dans le Lévitique 21 : 20, il est dit que je ne dois pas m’approcher de l’autel pour faire des sacrifices si mes yeux sont malades. Je dois avouer que je porte des lunettes. Ma vision doit-elle être parfaite ou bien y a-t-il un peu de marge ? Puis-je faire appel à un de mes voisins (celui qui n’est pas bossu) pour le sacrifice, mais dans ce cas, comment être sûr qu’il n’a pas les testicules écrasées ? (Lév.21 : 20)

i) La plupart de mes amis se font couper les cheveux et la barbe, y compris les cheveux des tempes, bien que cela soit strictement interdit par le Lév. 19 : 27. Comment faut-il les faire mourir ?

j) Je sais par le Lév. 11 : 8 que le contact de la peau d’un cochon mort me rend impur. Ai-je cependant le droit de jouer au football (américain) en portant des gants (bien sûr s’ils ne sont ni en pécari, ni en vessie) ?

k) Mon oncle a une ferme. Il viole constamment le Lévitique 19 : 19, car il sème sur le même champ deux semences différentes. En outre sa femme porte des vêtements qui sont faits de deux étoffes différentes (coton/polyester). En outre, il jure et blasphème souvent, et il mange du boudin (Lév.17 : 12). Est-il vraiment nécessaire de se donner la peine de rassembler tout le village pour les lapider (Lév.24 : 16) ? Ne serait-il pas suffisant de les brûler dans une petite cérémonie familiale comme on le fait avec ceux qui couchent avec leur belle-mère ?

Je sais que vous avez travaillé à fond ces questions : c’est pourquoi je suis certain que vous pourrez m’aider. Et encore une fois merci de nous rappeler que la parole de Dieu est éternelle et immuable.